…les zombies envahirent le steampunk.

New Victoria de Lia Habel est un livre que j’ai fait longtemps traîner dans ma bibliothèque. Peur d’être déçue, frustrée…

Parlons des différentes versions existantes pour commencer.

En France, deux versions existes, une « Grand Public » éditée par Bragelonne, et destinée en fait à un public plus adulte et plus masculin. Et la deuxième, éditée par Castelmore (une sous-branche de Bragelonne en fait), et qui est plutôt destinée aux jeunes filles.

Si la version Bragelonne est complètement inédite, la version Castelmore est la copie de la couverture US.

Couverture Castelmorecouverture allemandeVersion UK 1Version UK 2

Ci dessus, les différentes versions. Dans l’ordre: Bragelonne, Castelmore (FR et US), la version allemande et les deux versions Anglaises (il a été réédité).

Personnellement, j’aime beaucoup les deux versions françaises, et la dernière version UK (l’homme choisi pour la couverture, miam!)

Résumé: Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

Mon avis: Mon premier sentiment en refermant le livre est d’avoir lu une sorte de deuxième Twilight. Sauf qu’on parle de zombies et non de vampires, d’ailleurs l’humour de l’auteur à ce propos est bien présent (« Avant de passer aux formalités d’usage… Vous là! (Il me regarda et je fis un pas en arrière.) Avez-vous déjà entendu parler des vampires? J’acquiesçai. Qui n’en avait pas entendu parler?
-Aviez-vous déjà entendu parler de zombies avant d’arriver ici?
-Vous voyez! (Il martela son livre du doigt pour accentuer son propos.) Les vampires ne sont que des zombies qui bénéficient d’une meilleure publicité. Ce pourrait être nous, dans quelques années! »)

Pourtant, j’en ressors plus conquise que par Twilight. L’histoire d’amour n’est pas au premier plan contrairement à celui, il faut d’abord penser à survivre, à comprendre l’horreur, à accepter le virus et les problèmes qu’ils engendrent, à visualiser les implications « politiques » de tout cela.
Car l’histoire se passe dans un monde futuriste, un monde où la terre a été quasiment dépeuplée, où la nature a repris ses droits et où les hommes tentent par tous les moyens de survivre. De nombreuses guerres ont eu lieu, la planète envahie par les glaces et la montée des eaux, a vu disparaître une partie de ses continents. Seuls les abords de l’équateur restent vivables et les hommes se sont farouchement battus pour ces lopins de terre.
Quand commence l’histoire, deux factions s’entre-tuent: les Punks et les Néo-Victoriens (appelés aussi les Royaux). Les premiers sont revenus à une technologie plus primitive où la machine n’est qu’un instrument, un objet. C’est un pays plutôt agricole, où les champs et les mines sont encore présents. Ils vivent à l’image de nos grands-parents, tel qu’était encore le monde au début du 20ème siècle. Les seconds ont gardé une partie de la technologie disparue et en ont inventé une nouvelle encore plus performante. Pourtant ils prônent un style de vie très ancien et aspirent à un retour aux moeurs des premiers victoriens. Les femmes n’ont plus de liberté et ne sont censée qu’être douceur et religion. Elles ne travaillent pas, mais reçoivent tout de même une éducation très complète, allant même jusqu’au tir ( à l’arc mais aussi avec une arme). Elles ne sont là que pour trouver un bon mari et s’élever elles et leurs familles dans la société.

Nora, l’héroïne de l’histoire, a un caractère bien trempée pour une Néo Victorienne. Et lorsqu’elle va se faire enlever par une troupe de zombie, elle s’en remettra assez vite. Limite trop vite. La première partie du livre est pleine de longueur à mon goût, alors que la deuxième aurait parfois méritée d’être plus développée. Mais c’est, je crois, inévitable. En effet, ce livre est un récit à 5 voix, nous voyons donc les points de vue de 5 personnes différentes: Nora, l’héroïne; Bram, le capitaine zombie qui vole à sa rescousse; Pamela, la meilleure amie de Nora et une jeune fille très courageuse; Wolfe, le méchant capitaine sans pitié et Victor, le père de l’héroïne.
On a donc 5 points de vue différents qui parfois se répètent un peu, malgré tout, cela reste compréhensible et assez simple à comprendre. Après c’est une question d’habitude, et de goût (et de couleurs), on aime ou pas. Personnellement, juste 3 point de vue m’aurait suffit, le point de vue de Wolfe m’a par exemple à chaque fois ennuyé au plus haut point… Mais je ne suis pas fan de base des histoires avec de nombreuses voix.

L’histoire dans l’ensemble reste assez convenue, bien avant la moitié où voit où cela va mener, à part peut-être l’histoire avec Pamela que je n’avais pas envisagé au début. Mais la fin de ce premier tome annoncent un deuxième plus riche, plus dense et j’espère une troisième tome en apothéose.
L’auteur est jeune, une vingtaine d’années, et c’est ses tous premiers romans, j’attends donc avec impatience la suite, en priant pour qu’elle ne s’essouffle pas avant.
Je pense en fait que ce premier tome est intéressant par le fait qu’il nous pose les personnages et l’histoire. On en ressors quelque peu frustré ne pas avoir le dénouement final, le pourquoi du comment de la maladie par exemple, et le suspense sur ce point est assez insoutenable qu’il me fera acheté le deuxième tome dès la sortie je pense.

Note: 7/10, pour l’originalité, les zombies au milieu du steampunk ça m’a beaucoup plus quand même.

Où acheter: FNAC – Amazon

Petit +:

sans_t42La couverture du 2ème tome qui sort le 12 Avril 2012 en France.

« Un virus a frappé le pays, transformant des milliers de personnes en zombies. Si certains d’entre eux deviennent des créatures incontrôlables, d’autres ont encore toutes leurs facultés mentales et ne dévorent pas leur prochain. Bram Griswold n’a rien d’un monstre, et il fi lerait le parfait amour avec Nora si tous les vivants étaient aussi ouverts d’esprit qu’elle. Avec ses zombies de compagnons, il s’est donné pour mission d’apaiser les tensions dans la capitale. Mais une autre menace plane. celle qu’il aime s’est attiré les foudres d’un ennemi mortel. Bram saura-t-il la préserver ? »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s