La bibliothèque des coeurs cabossés

Cela faisait un moment que je l’attendais celui là. Et je n’ai pas été déçue par cette lecture!

L’histoire est simple: Une jeune femme suédoise correspond avec une vieille femme de l’Iowa. Tant et si bien que lorsque la jeune libraire perd son emploi, la plus vieille lui offre l’hospitalité chez elle. Le problème c’est que le temps que Sara rejoigne Amy, cette dernière était décédée de suite de maladie. À partir de là, que faire quand on se retrouve perdue, seule, au fond de la campagne américaine? Et pour les habitants de cette petite ville à l’abandon, comment s’occuper de cette étrangère que personne n’a voulu?

Quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ?

La solution ultime, celle qui résout tous les problèmes même dans la « vraie vie », les librairies/bibliothèques. Les livres détiennent souvent la solution à la plupart des problèmes après tout 😉 Et des titres à solution (ou pas) il en est listé tout un paquet ici! Je ne suis pas toujours d’accord avec les conclusions de Sara ou d’Amy mais chacun ses goûts littéraires et cela fait partie du charme du récit.

Un jour, quand Tom était enfant, il est rentré en se plaignant de devoir lire Huckleberry Finn ! Huckleberry Finn ! Les critiques et ceux qui établissent les programmes portent une lourde responsabilité lorsqu’ils conduisent des gamins à considérer une histoire de révolte, d’aventure et d’impertinence comme une devoir pénible. Tu comprends ce que je veux dire ? Le véritable crime de ces listes n’est pas qu’elles excluent des livres qui mériteraient d’y apparaître, mais le fait qu’elles transforment de merveilleuses histoires en devoir.

Ce livre mêle habilement la correspondance des deux femmes et l’histoire des déboires de cette toute petite ville. Au contact de Sara, et surtout de son optimiste, les habitants vont évoluer, remettre en cause leur certitude, et même – et vous vous en douter – trouver l’amour.

C’est un récit joyeux, plein d’espoir, un récit qui donne envie d’abandonner sa vie pour partir dans l’Iowa. Dès le début on se doute du happy end, et le livre ne s’en cache pas. C’est léger et amusant, c’est un vrai « feel good book « , rien de plus, rien de moins.

Et puis c’est la preuve que tous les livres suédois ne sont pas des trillers 😉

Les gens étaient bizarres de ce point de vue. Ils pouvaient ne vous porter aucune attention, mais à la seconde où vous sortiez un livre, vous étiez considéré comme impoli.

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? 

La Bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald, édition Denoël, 21,90€

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s