Calendar girl – janvier

Un nouvel article pour vous parler d’un nouveau roman 😉
Personnellement, j’ai vu beaucoup de pub pour cette sortie dans le métro! J’étais même assez surprise!

Le scénario de départ est assez simple:
Mia est une jeune fille, amoureuse de sa moto, Suzi, se retrouve dans l’obligation de rembourser la dette d’un million de dollars de son père.
Elle décide donc de devenir escort de luxe malgré ses réticences. Chaque mois, elle passera 24 jours chez son client à jouer le rôle que celui-ci lui demande. Elle n’est pas obligé de terminer dans son lit mais si elle le fait, elle touchera une petite somme en plus, lui permettant de subvenir au besoin de sa petite soeur.
Seul petit problème, elle tombe plus ou moins amoureuse de tous les hommes avec qui elle couche. Sera-t-elle capable de résister ?

J’ai beau me considérer comme une dure à cuire, je suis quand même tombée amoureuse de tous les hommes avec qui j’ai couché. Tous, sans exception.
Ça fait à peine vingt-quatre heures que je le connais, et je me sens mieux avec Wes qu’avec tous les autres, parce que tout est fondé sur du respect et de l’amitié – et une montagne d’orgasmes.

Donc on a un combo un livre = un mois = une ville. Car en plus elle voyage… Donc 12 livres répartis sur les 12 mois de l’année, chaque premier jeudi du mois. Hugo&cie, la maison d’édition derrière la parution française nous annonce en fin de roman les dates précises de sorties des 11 prochains romans, ceux-ci étant déjà tous édité aux USA.

Mon avis sur ce livre… On est d’accord, ce n’est pas de la grande littérature et d’ailleurs cela n’a pas la prétention d’en être. C’est un livre léger, simple, et assez rapide en terme d’espace/temps. 200 pages, c’est vite lu, mais clairement ça fait son job.
L’histoire est assez simple, rapidement posé, de toute façon notre héroïne n’a pas le choix, il ne sert à rien de tergiverser. Rapidement, elle rencontre son premier client, Wes, qui n’a rien à voir avec ce qu’elle imaginait. Il la met de suite assez à l’aise, il a besoin d’une « petite amie » pour pouvoir faire son travail tranquillement sans être harcelé par des croqueuses de diamants. Car oui, Mia a un prix, 100 000$ pour 24 jours, donc elle ne sera qu’avec des mecs riches pendant cette année, pas question de faire de jouer les prostituées de base. Et assez rapidement, il s’installe un climat érotique entre nos deux protagonistes.
Les scènes de sexe sont plutôt bien amenés à mon sens, par contre elles sont assez répétitives (en même temps c’est « normal »…). Pas de long discours avant ou après, après tout ils ne sont pas dans ce genre de relation.

– Mia, chuchote-t-il d’une voix tendue. J’ouvre les yeux pour décou­vrir son regard affamé. Il se relève sur les coudes et pose ses mains sur mes joues. Il recule son bassin avant de replon­ger en moi tout en s’em­pa­rant de ma bouche. Nos corps fusionnent. Il n’y a plus de Mia ni de Wes, il n’y a plus qu’un nous frémis­sant et bouillon­nant. Le baiser est sauvage et acca­blant.

Mais vous vous en doutez, l’amour pointe quand même un peu le bout de son nez dans cette série, mais un amour assez réaliste je trouve. Tout les deux ne savent pas trop s’ils s’aiment ou pas, ils tâtonnent dans leurs sentiment, ils se cherchent sans se trouver puisqu’ils savent qu’ils vont se quitter. J’ai trouvé que ce début de relation était plutôt bien décrit. Après tout cela ne fait qu’un mois qu’ils sont ensembles à la fin du livre, il n’y a donc pas de grande déclaration, pas de « je t’aime » à tout va ou de « je ne peux pas vivre sans toi » qui me mettent toujours un peu mal à l’aise. En effet, dans la vraie vie, vous déclarez rarement votre flamme à ce point là au bout de 15 jours de relation…
Ici, Mia pourrait jouer les Pretty Women et rester avec Wes qui prendrait en charge ses dettes, sa vie, son avenir… Mais elle refuse, montrant qu’elle est une jeune fille indépendante qui s’assume et qui va jusqu’au bout de ses décisions (et ça fait du bien).
Wes est un homme bien dans ses baskets, il a juste beaucoup de travail, et il croit plus ou moins au grand amour. Il n’est pas traumatisé depuis son enfance, n’a tué personne, n’est pas en passe de devenir un sociopathe, ne la suit pas, de lui dicte pas sa vie…etc etc. Un mec normal tout simplement! (à part qu’il est plutôt riche, mais on a tous nos petits défauts…)
Et cela fait partie des raisons qui font que j’ai apprécié ce roman, ce n’est pas tiré par les cheveux, c’est presque quelque chose qui pourrait être réel. J’ai bien dit presque. Car il ne faut pas oublier que jouer les escorts, les prostituées ou tout autres mots que vous pouvez mettre sur ce métier, ce n’est pas aussi rose que ce roman, cela reste simplement un conte de fée moderne.

Le second tome sort le 2 février, soit dans une semaine, il se passe à Seattle avec un artiste français un peu perché (ce cliché…). J’ai quand même hâte de le lire…

Souriez tout le temps. N’ayez jamais l’air ni en colère ni triste, et de manière générale, ne montrez pas d’émotion négative. Les hommes ne paient pas pour gérer vos problèmes. Ils paient pour ne pas avoir à le faire, justement.

Et vous? Avez vous lu Calendar Girl – janvier? Qu’en avez vous pensez? 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s